Menu
Les Prix HiP Les Prix HiP
                  PRIX HiP 2020         PARTENAIRES         
         PRESSE         CONTACT         QUI SOMMES-NOUS         NEWSLETTER

Sylvie Hugues, membre du jury des Prix HiP 2020




Sylvie Hugues, membre du jury des Prix HiP 2020
Sylvie Hugues est consultante en photographie et directrice artistique du Festival du Regard, festival de photographie basé en Ile-de-France.
Elle réalise des lectures de portfolios à la Maison européenne de la photographie, donne des workshops (Rencontres d’Arles, Venezia Photo…), intervient dans des conférences (Scam, Salon de la Photo…), a participé à de nombreux jurys (Prix Nièpce, Festival Manifesto, Circulations...), écrit pour des revues et fait du commissariat d'exposition.
En 1992, elle a participé à la création du magazine Réponses Photo, dont elle fut la rédactrice en chef de 1996 à 2014.
En parallèle de son activité de journaliste, elle a publié deux livres de photographie : Sur la plage, aux éditions Filigranes, et Fra-For, aux éditions Verlhac.

Quel regard portez-vous aujourd’hui sur le secteur de l’édition photographique ?

Sylvie Hugues : "L’édition photographique en France souffre, et ce n’est pas nouveau, du fait que l’offre dépasse largement la demande. Tous les photographes veulent faire un livre mais combien d’entre eux en achètent vraiment ? Conséquence, beaucoup de sorties d’ouvrages pour peu d’acheteurs. L’argument le plus souvent entendu c’est que le livre photo coûte cher. C’est vrai qu’il nécessite une qualité d’impression au top, du beau papier, une couverture sophistiquée... des frais de fabrication qui sont répercutés sur le prix de vente du livre. Pour autant, si on compare à la littérature ou aux ouvrages pratiques, je trouve que le livre photo affiche souvent un prix justifié. L’autre problème que rencontre le livre photo c’est la diffusion. Il existe peu de points de vente en France qui disposent d’un véritable rayon consacré aux livres de photographie. Mais surtout, le livre photo est souvent mal connu. On nous habitue depuis tout petits à lire des livres de textes ; mais pour aborder des ouvrages de photographique, il faut déjà avoir une bonne culture dans ce domaine. Pour autant, ce qui est formidable, c’est que malgré tous ces obstacles, l’édition photo reste dynamique. Des petites maisons d’éditions tirent leur épingle du jeu en sortant peu d’ouvrages mais de grande qualité – je pense à Chose Commune ou à lamaindonne, qui rencontrent leur public. Un public certes restreint mais fidèle et curieux. Cette année, la Covid étant passé par là, la situation des éditeurs ne va pas s’arranger. Les livres qui devaient sortir en mai-juin ont été décalés à l’automne et il y a fort à parier qu’à l’avenir, les éditeurs vont diminuer le nombre de parutions par an et se concentrer sur des valeurs sûres ; c’est déjà ce qu’on constate au niveau des expositions et pas seulement en photographie."

Pourquoi avez-vous accepté de participer au jury des Prix HiP 2020 ?

Pour la seconde année consécutive, HiP a souhaité inviter Sylvie Hugues. "Pourquoi je participe aux Prix HIP ? Tout d’abord parce que j’aime le livre de photographie. J’en achète, j’aime suivre son actualité, me replonger dans des ouvrages tranquillement chez moi. C’est un vrai bonheur. Pour vous faire un aveu, une grande partie de la programmation du Festival du Regard, dont j’assure la direction artistique, ont pour origine un livre de photo qui m’a permis de découvrir un ou une photographe, d’apprécier son travail et sa démarche. Par ailleurs et compte tenu de ce que j’explique dans ma première réponse, il est plus que jamais vital pour le secteur de l’édition photographique qu’il existe des relais pour toucher un public plus large, moins captif. Les Prix HIP par leur rayonnement (exposition de livres de photo, grande présence sur les réseaux sociaux, etc.) jouent ce rôle ; comment dès lors ne pas y participer ?"

www.sylviehugues.com
www.festivalduregard.fr